Moscou et ses douze millions d’habitants intra muros est la ville la plus peuplée d’Europe. Pour désengorger la ville des automobilistes toujours plus nombreux et de décharger les lignes de métro toujours plus bondées, la ville a comme projet l’optimisation du réseau ferroviaire. L’objectif de ces nouvelles voies relier entre elles les lignes existantes et ainsi raccorder la banlieue à la capitale.

La modernisation des infrastructures

Métro Moscou

La capitale russe est connue pour sa place Rouge, le Kremlin, la cathédrale Basile-le-bienheureux… et son métro. Véritables œuvres d’art ces stations sont d’une architecture incroyable. Transport en commun très emprunté par les habitants de la capitale, de la banlieue et des touristes le métro moscovite s’agrandit mais cette fois en aérien. Ces nouvelles lignes permettront de fluidifier le trafic aujourd’hui très dense, de désengorger le centre-ville ainsi que les autoroutes prises d’assaut aux heures de pointe. C’est l’entreprise Transmashholding détenue par les deux hommes d’affaire Andrey Bokarev et Iskander Makhmudov qui a été retenue pour ce projet. Sachant que cette société est le principal fabricant de matériel ferroviaire du pays. Elle a déjà livré quelques nouvelles rames qui circulent aujourd’hui sur les lignes du métro aérien de la ville. D’ici 2025 toutes les anciennes lignes et les nouvelles devront être reliées.

Faciliter les trajets inter-urbains

Le but étant avec ce projet de fluidifier le trafic et de le réduire d’ici quelques années de 10 à 12%. Comme toutes les capitales Moscou est prise dans des embouteillages interminables. La ceinture ferroviaire ainsi que les nouvelles lignes aériennes permettront à la banlieue de se raccorder au centre-ville et de diminuer l’afflux vers le métro. Les trajets seront plus courts et plus directs entre ces villes et la capitale. L’enjeu est capital pour Moscou d’un point de vue économique et aussi écologique. La ville rassure ses concitoyens sur le prix de l’immobilier sachant qu’il reste encore en ville de nombreux logements inoccupés.