Les différents types de détecteurs de fumée

Suite à la loi Morange obligeant les ménages à s’équiper de détecteurs autonomes avertisseurs de fumées (DAAF) avant le 8 mars 2015, les citoyens se ruent sur les différents modèles que l’on peut trouver sur internet ou en magasins. Mais on pourrait se demander qu’est-ce qui peut bien les différencier.

Quel modèle de détecteur choisir ?

nest

Les détecteurs de fumées présent sur le marché Français peuvent être classiques à piles ou interconnectables.
Dans le premier cas, les détecteurs sont indépendants est fonctionnent grâce à des piles qui se trouvent être soit alcaline soit lithium. Cette différence joue sur la durée de vie de votre détecteur.
En effet, une pile en lithium possède une durée de vie de 10 ans, tandis qu’une pile alcaline doit être vérifiée souvent, sa durée de vie est beaucoup plus courte.
Dans le second cas il s’agit là de détecteurs connectés entre eux. Ainsi, lorsqu’un détecteur se déclenche dans votre logement, il envoie un signal à tous les autres afin que toute la maison dispose de l’information. Ce genre de détecteur est pratique lorsque vous vivez dans une maison à plusieurs étages.

Quel prix accordé à l’achat d’un détecteur ?

En période de crise, le prix est un facteur qu’aucun ménage ne laisse de côté. Dans le cadre d’un achat de détecteur de fumée, il n’est pas un facteur primordial dans le sens ou quel que sois votre DAAF, il fera son travail, autrement dit, il vous préviendra en cas d’incendie. Les prix se situent entre 10 et 60 euros généralement. Mais pourquoi une telle différence ?

Comment fonctionnent les DAAF ?

Le prix varie à cause de la technologie. Pour faire simple, un détecteur à 10 euros n’aura aucune autre capacités hormis le fait de vous prévenir en cas d’incendie grâce à un effet sonore.
Tandis que les détecteurs les plus chers, eux, peuvent par exemple être interconnectables ou alors posséder des systèmes les reliant directement à vos smartphones.
Ainsi, en plus de prévenir les habitants se trouvant à l’intérieur de votre maison, il pourra aussi prévenir ceux qui ne se trouvent pas chez eux.
Il existe même aujourd’hui un DAAF spécialement conçu pour les personnes âgées qui lui aussi sera forcément plus cher du fait de la technologie qui y est mis en place pour prévenir les entreprises les assistants.

Quels normes pour votre détecteur ?

Enfin la norme est un facteur qui peut être décisif lors de l’achat d’un détecteur de fumée. En effet, il existe différentes normes réglementant le secteur des DAAF.

La norme CE :
Ce marquage est obligatoire selon la loi Morange et garantit la sécurité et la conformité du produit dans l’ensemble de l’Union Européenne.
Noté que la norme CE est purement déclarative, c’est à dire que si le fabricant de détecteur juge que son produit correspond au slogan « CE » alors le fabricant n’aura pas à justifier de caractéristiques spécifiques.

La norme NF :
nfCe marquage n’est pas obligatoire, mais est un gage de qualité supplémentaire. Un produit portant ce marquage vous garantit une facilité d’installation, une détection ultra efficace des fumées, un niveau de signal sonore suffisant pour réveiller une personne et une alerte de fin de vie d’un DAAF.

C’est alors que là aussi le prix varie en fonction des marquages dont le produit dispose. S’il dispose juste du marquage CE il sera le plus souvent moins cher qu’un détecteur possédant les deux marquages. Car le marquage NF est un gage de qualité plus poussé que le marquage CE.
Lors de l’achat d’un DAAF, renseigner vous bien en fonction de vos besoins. Si vous posséder un petit logement ou un habitat à plusieurs étages, si vous êtes ou non plutôt « connecté » ou encore si vous êtes sensible aux différentes normes, votre achat ne sera pas le même et donc le prix non plus. Le principal étant, rappelons-le, de s’être équiper d’un DAAF avant le 8 mars 2015.

Précédent

Devis de référencement naturel

Suivant

L’énergie solaire a rendez-vous avec la terre

Derniers depuis Non classé