Santé

Le surpoids : un problème de santé public

A la télévision, dans la presse ou sur les emballages, des slogans nous préconisent une meilleure alimentation. Cette prise de conscience des pouvoirs publics sur la santé de ses concitoyens est due à la progression de l’obésité en France. Ingérence ou devoir ?

cuisine équilibrée« Manger 5 fruits et légumes par jour », « manger ni trop gras ni trop salé » sont les conseils promulgués par nos instances sanitaires pour éviter la dérive américaine que ce continent connaît en matière d’obésité. Mais est-ce suffisant ? Les pouvoirs publics doivent-ils plus s’investir dans ce domaine ? Ou bien est-ce à chaque individu de se prendre par la main  ? Prise de conscience ou non, de plus en plus de particulier font appel à des professionnels pour régler leur problème de surpoids.

Diététique et nutrition

Quand la diététique s’en mêle, c’est pour le bien être de tous. Et notre corps en a bien besoin, surpoids ou non. Car toute cette nourriture appauvrie, cette alimentation déséquilibrée apporte une prise de poids mais aussi de nombreuses carences vitaminiques. L’agro-alimentaire et sa main lourde sur le sel, le sucre, le gras, a engendré des dépendants mais surtout des personnes souffrant de plus en plus jeunes de diabète et autres maladies de ce type. Pour mettre fin à ce cercle infernal de la mal bouffe, rien de tel que de se laisser conseiller par un ou une experte en la matière. Nutritionnistes et diététicien(ne)s réapprennent les bases d’une alimentation équilibrée et saine en intervenant dans les collèges et lycées. Pour les personnes qui en ont assez de ces régimes des plus extravagants qui fleurissent tous les printemps dans la presse féminine,  Rivka Attlan diététicienne et coach minceur propose un programme personnalisé à domicile.

Pour découvrir cette diététicienne et ses programmes minceur, rendez-vous sur son site.

4 Réactions

  • Souvent les régimes sont des échecs car ils sont synonymes de privation. L’important c’est de manger de tout mais en petite quantité (il parait qu’il faut manger à 80% de sa faim) et surtout de se bouger, monter les escaliers à pied, marcher acheter le pain…faire un minimum d’exercices, et normalement on doit pouvoir ne pas prendre de poids.

  • Un conseil simple pour maigrir qui devrait marcher avec tout le monde (sauf les personnes souffrant de véritables pathologies dites rares) : manger 5 fois par semaine une salade par jour bien garnie avec tomates, salade, et comme viande du blanc de poulet le midi ou le soir, boire de l’eau (et que de l’eau), des fruits et pour le deuxième repas, des sucres lents sans sauce avec une viande maigre. Le week-end manger normalement mais de façon raisonnable, mais faire au moins un repas par semaine sans privation : j’appelle cela la soupape, c’est ce qui permet de tenir le régime. Bien évidemment marcher à défaut de faire du sport (laissez tomber le bus pour une marche de 15 minutes). Résultat garanti en quelques semaines !

  • Une étude aux USA vient de montrer que les enfants qui utilisent une carte de crédit dans la cafeteria de l’école vont acheter plus de desserts que ceux qui payent cash.

  • selon une recherche publiée mercredi 30 janvier dans la revue médicale américaine New England Journal of Medicine, L’obésité chez les enfants aux États-Unis commence dès la maternelle et à l’âge de 14 ans, près de la moitié de ceux qui sont devenus obèses l’étaient déjà à cinq ans.