Une bonne connaissance de fonctionnement des assurances

Le contrat d’assurance est appelé couverture, car il permet à une personne de bénéficier d’une indemnité visant à couvrir l’ensemble ou une partie d’un dommage accidentel, en dehors de la volonté des parties signataires. L’assurance se fonde sur le risque. Lorsqu’il se réalise, il actionne l’exécution des obligations de l’assureur.[Lire La Suite]

OFresh : Ventilateur Brumisateur

A l’approche de l’été, la gamme des brumisateurs de chez O’fresh pourrait bien être votre meilleure alliée. Mise au point en 2010, l’entreprise O’fresh est née de l’idée révolutionnaire de deux hommes du nom de Yvan GOUY PALLIER et Eric CHAMOUX et tient son siège au cœur de la région Rhône-Alpes. Celle-ci propose des modèles dont la réputation n’est plus à démontrer. En effet, vous serez agréablement surpris par son rapport qualité-prix qui défie toute concurrence, son équipe soudée au service de ses clients et ses conseils propres à chaque profil : Autant de critères qui séduisent de plus en plus au retour des beaux jours.[Lire La Suite]

Les chauffeurs de taxi ne vous refuseront plus le paiement par carte bancaire !

Un changement important vient d’intervenir tout récemment dans le quotidien des taxis et dans le nôtre aussi : l’usage obligatoire du terminal de paiement électronique. Les chauffeurs doivent désormais en disposer, mais sont-ils obligés de l’utiliser ?

Paiement pTaxiar CB obligatoire pour les taxis en France

Désormais, et ce depuis le 2 octobre dernier, la loi Thévenoud qui a instauré l’obligation pour les taxis de s’équiper de TPE a vocation à s’appliquer. Il s’agit d’une nouvelle exigence pour les taxis, mais qui, avouons le, apporte plus de confort et moins de contraintes aux usagers qui se sont vus refuser leur carte de paiement plus d’une fois.

Si avant, les chauffeurs de taxi s’équipaient de terminal de paiement quand ils le voulaient, désormais, c’est donc la loi qui le leur ordonne. Si certains y voient une manière d’assurer l’expansion de leurs activités, d’autres dénoncent la façon dont cette disposition est passée devant le Sénat.

Quoi qu’il en soit, cette réglementation qui définit les taxis comme étant « des véhicules munis d’un terminal de paiement électronique » reste encore sujette à interprétation.

Terminal de paiement électronique obligatoire : un sujet à débat

Les termes de cette loi ne donnent pas d’injonction aux chauffeurs de taxis pour qu’ils acceptent le paiement par TPE. Le sujet est donc ouvert : un chauffeur de taxi peut-il se permettre un refus face à un paiement par carte bancaire ?

A ce sujet, le Secrétaire général de la Fédération nationale des taxis indépendants s’insurge surtout du fait que cette exigence du TPE ne soit pas appliquée aux VTC.

Quelles sont les perspectives de cette nouvelle réglementation ?

Malgré cette polémique, force est de constater que nombreux sont les taxis qui accueillent la nouvelle dans le sens positif. Longtemps à la traîne par rapport aux VTC, certains espèrent reprendre du terrain en favorisant ce nouveau moyen de paiement.

On se souvient bien que les VTC ont justement fondé leur popularité en offrant un service qui fait preuve de praticité en faveur des clients. Et le paiement par carte bancaire entre parfaitement dans cette optique.

Il faut dire aussi que c’est avant tout en faveur de la clientèle que cette nouvelle loi agit. Où qu’ils se trouvent, ils peuvent donc opter pour le taxi de façon plus spontanée, sans avoir à disposer de liquide sur eux.

Quant aux taxis, ceux-ci vont enfin s’aligner aux nouvelles modes de consommation du public et gagner en image. Permettre le paiement par carte bancaire est un gage de modernité et ne peut qu’apporter un nouveau souffle à ce secteur mis à mal depuis quelques temps déjà.

Pour finir, il reste encore à penser aux coûts de cette adaptation pour les taxis. Il y a ceux qui s’accordent à dire que l’obligation de s’équiper d’un TPE est plus qu’un moyen pour réglementer la profession, il s’agit d’une manne fiscale exploitée par les pouvoirs publics.

Soupcons de corruption pour Abilio Diniz

A la suite d’une enquête, il a été établi un soupçon de corruption portant sur 8 millions de réales au Brésil, du temps de la gestion par Abilio Diniz.

Soupçons de corruption autour de Poa de Açucar au Brésil, du temps de la gestion par Abilio Diniz.

En ce vendredi 10 juillet 2015, on apprend que le groupe Pao de Açucar, aujourd’hui entre les mains de Casino, vient de demander à son comité d’audit de réaliser une enquête sur la période 2009-2012, lorsque la société était encore dirigée par Abilio Diniz.

Selon le site d’informations financières WanSquare, qui révèle cette information, les conclusions de ce rapport d’enquête parlent d’un « trou » de 8,5 millions de réales (2,4 millions d’euros). Sur ce total, seuls 500.000 réales auraient une légitimité évidente… Chez Casino, on dément toute volonté de réveiller le conflit avec Abilio Diniz.

Le gaspillage alimentaire

Un reportage édifiant qui va vous faire réfléchir sur la production et la manière dont on consomme ses aliments…

Un reportage par Tony Comity productions.